Avocat Droit du Travail :/Le congé de maternité
Le congé de maternité2017-04-21T10:32:31+00:00

Congé de maternité
Avocat
Droit du Travail

Ce qu’il faut savoir sur le congé de maternité.

Congé maternité, avocat droit du travail Paris

Le congé de maternité.
Synthèse
Les femmes salariées bénéficient, avant et après l’accouchement, d’un congé de maternité pendant lequel leur contrat de travail est suspendu. La durée de ce congé dépend, le cas échéant, du nombre d’enfants vivant au foyer et du nombre de naissances attendues. Pendant leur congé de maternité, les femmes salariées peuvent bénéficier, d’indemnités journalières versées par la Sécurité sociale ;

Quelle est la durée du congé de maternité ?
La salariée peut, quelle que soit son ancienneté dans l’entreprise, suspendre son contrat de travail pendant une durée fixée comme indiqué dans le tableau suivant (il convient également de se reporter aux conventions collectives qui peuvent prévoir des dispositions plus favorables) :

Cas général :
1ere ou 2e naissance : 
Congé prénatal = 6 semaines, Congé postnatal = 10 semaines, total = 16 semaines
3e naissance :
Congé prénatal = 8 semaines, Congé postnatal = 10 semaines, total = 18 semaines

Naissance de jumeaux : 
Congé prénatal = 12 semaines, Congé postnatal = 22 semaines, total = 34 semaines

Naissance simultanée de plus de 2 enfants : 
Congé prénatal = 24 semaines, Congé postnatal = 22 semaines, total = 46 semaines

. Le congé de maternité entraîne la suspension du contrat de travail. La salariée avertit l’employeur du motif de son absence et de la date à laquelle elle entend y mettre fin ;
. L’employeur ne peut s’opposer au départ de la salariée en congé de maternité.
. Si elle le souhaite, la salariée en état de grossesse médicalement constaté peut rompre son contrat de travail sans préavis et sans devoir d’indemnité de rupture.

Quelle est la situation à l’issue du congé ?
À l’issue de son congé de maternité, la salariée retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente

Elle aura, lors de sa reprise d’activité, à un entretien avec son employeur en vue de son orientation professionnelle.

Elle doit également bénéficier d’une visite médicale de reprise. Les salarié(e)s peuvent également choisir de bénéficier d’un congé parental d’éducation ou d’une période d’activité à temps partiel.

Tout salarié a droit à des congés payés, dès lors qu’il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à un minimum de 10 jours de travail effectif . Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C’est l’employeur qui organise, selon certaines règles, les départs en congés.

Qui a droit aux congés payés ?
Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou sa qualification, la nature de sa rémunération et ses horaires de travail.

Le salarié à temps partiel a les mêmes droits que le salarié à temps complet.

Qu’appelle-t-on période de référence ?
La période de référence commence le 1er juin de l’année civile précédente et se termine le 31 mai de l’année civile en cours.

Une autre date peut être fixée par convention ou accord collectif de travail conclu en application de l’article L. 3122-2 du Code du travail.

« Jour ouvrable » : de quoi s’agit-il ?
Sont considérés comme jours ouvrables tous les jours de la semaine à l’exception :
. du jour de repos hebdomadaire légal (dimanche en principe) ;
. des jours reconnus fériés par la loi et habituellement non travaillés dans l’entreprise.

A quel moment prendre les congés payés ?
En l’absence de dispositions conventionnelles ou d’usage, l’employeur fixe, après consultation des représentants du personnel, la période ordinaire des congés dans l’entreprise.
Cette période, qui inclut celle s’écoulant du 1er mai au 31 octobre, doit être portée à la connaissance du personnel, par voie d’affichage, 2 mois au moins avant son ouverture.

Les congés acquis au titre de l’année de référence antérieure doivent être épuisés au 30 avril de l’année en cours. Le report de congés d’une année sur l’autre n’est généralement pas admis sauf cas particuliers.

À quelle date prendre les congés payés ?
En l’absence de dispositions conventionnelles ou d’usage, l’ordre des départs en congé est fixé par l’employeur après avis des représentants du personnel, s’ils existent, et compte tenu de la situation de famille des bénéficiaires et de leur activité chez un autre employeur.
Cas particuliers
. Les conjoints et les personnes liées par un pacte civil de solidarité (PACS) qui travaillent dans la même entreprise ont droit à un congé simultané.
. Les salariés nouvellement embauchés peuvent, avec l’accord de l’employeur, prendre les congés qu’ils ont acquis sans attendre la fin de la période de référence.

Dans quels cas le salarié a-t-il droit à des congés supplémentaires ?
Fractionnement des congés
Le fractionnement du congé principal de 24 jours ouvre droit à des jours de congés supplémentaires lorsqu’une partie du congé est prise en dehors de la période légale (1er mai-31 octobre) :
. si le salarié prend, en dehors de cette période, entre 3 et 5 jours de congés, il lui est dû un jour ouvrable supplémentaire ;
. s’il prend 6 jours et plus, il lui est dû 2 jours ouvrables supplémentaires. La période de congé annuel doit figurer sur le bulletin de salaire en précisant :
. les dates de congé ;
. le montant de l’indemnité correspondante. Situations particulières
. En cas de rupture du contrat, les congés sont versés sous forme d’une indemnité compensatrice dont le mode de calcul est précisé ci-dessus.
. Chômage partiel pour congés payés : en cas de fermeture de l’entreprise pour congés annuels, l’État peut, sous certaines conditions, accorder une indemnisation aux salariés qui n’ont pas acquis de droits suffisants pour être rémunérés pendant la totalité de la période des congés.
. Les salariés qui relèvent d’une caisse de congés payés sont directement indemnisés par cette caisse (bâtiment et travaux publics, intermittents du spectacle, dockers). 

Quelle est l’incidence de l’absence pour maladie sur le droit aux congés payés ?
Les absences pour maladie n’ouvrent pas droit à des congés payés, sauf dispositions conventionnelles contraires.
En revanche, l’employeur ne saurait déduire du congé annuel les jours d’absence pour maladie

Si vous souhaitez plus d’informations sur les compétences du Cabinet BBP Avocats Paris,
des renseignements complémentaires sur notre manière de fonctionner,
contactez-nous au +33.(0)1.44.96.89.29
ou en remplissant le formulaire contact disponible dans l’onglet « Contactez-nous ».